vendredi 12 juin 2015

Sous votre plume #1

Sous votre plume est votre espace ! 

Anecdotes, Témoignages, anonyme ou pas, si l'envie / le besoin vous en dit n'hésitez pas à me contacter mamennord@gmail.com

témoignage


Certains témoignages valent mieux que n'importe quelle campagne de prévention !

Pour moi, celui ci vaut bien plus que n'importe quelle belle parole !




"Il y a des blessures qu’on ne peut partager avec tout le monde, des blessures qui se doivent de rester secrètes, pour permettre d’avancer, pour arrêter les regards plein de pitié qui font plus de mal qu’ils ne font du bien…

Je venais d’avoir 20 ans.
J’étais étudiante, pleine de vie, insouciante, aimant faire la fête, sortir avec mes amis…
J’étais leur Sam, je ne buvais quasiment jamais, j’aimais juste sortir, rire, m’amuser, danser, chanter… bref tout ce que beaucoup de jeune aime faire.

J’avais un copain que j’aimais, bien que la distance était difficile (il était marin dans la marine nationale).
Je suis sortie avec mes amis ce soir-là et nous sommes allés dans notre boite habituelle.

Mais ce soir-là, je n’ai ramené personne… ce soir-là est très obscur pour moi… ce soir-là… je ne peux vous le raconter car je ne m’en rappelle pas, ou très peu… 
Je peux vous raconter le lendemain de ce soir-là… mon réveil, dans un squat que je ne connaissais pas, mes vêtements déchirés, mon corps souillé…
Je peux vous raconter, l’après-midi a essayé de me rappeler ce qui s’était passé… le coup de fil de mon copain, me traitant de pute, me disant que la vieille tout le monde m’avait vu bourré partir avec une bande de mec… moi ??? mais je ne bois jamais…
Je peux vous raconter la sensation d’être sale, malgré toutes les douches prises cette semaine-là….
Je peux vous raconter les flash-back, les cauchemars, ces choses qui remontent à la mémoire…
Je peux vous raconter les recherches pour savoir ce qui c’était passé… le fait qu’on n’ose pas en parler, le fait qu’on se sent coupable et non pas victime…
J’ai coupé les ponts avec ceux qui se disaient mes amis, mais qui n’avaient pas su me protéger, couper les ponts avec mon petit ami qui ne voulait pas me croire, préférant me traiter de pute…

Et puis la descente aux enfers : alcool, drogue… oublier je voulais juste oublier… 4 mois plus tard, j’étais une loque, je foirais mes partiels, moi qui n’avais jamais rien foiré….
Et puis une personne qui avait été comme un grand frère pour moi recroisé par hasard m’a regardé droit dans les yeux et m’a dit « tu t’es vu, franchement bouges toi le cul, tu nous fais quoi là ??? »
 La grande claque, la bonne claque…
Sur ses conseils j’ai déménagé, changé de fac, changé d’environnement… Je suis partie retrouver une amie de lycée dans une autre ville… alors que je ne l’avais pas contacté pendant un an, elle m’a accueilli à bras ouverts, m’a aidé à trouver un logement, m’a présenté ses amis, m’a fait visiter la fac…

En déménageant j’ai décidé de prendre un nouveau départ, plus d’alcool, plus de drogue… et bosser pour m’en sortir… Cette personne fait toujours parti de ma vie, mais ce n’est qu’il y a peu que je lui ai tout raconté car quand j’ai déménagé je ne voulais pas que ça se sache, je voulais le mettre de côté. Mon mari rencontré 8 ans après, a su me rassurer, me redonner confiance, me montrer que je n’avais pas à avoir honte, que j’étais une victime pas une coupable…

Aujourd’hui je peux le dire : j’ai été violé sous GHB par plusieurs individus…

J’en garde des souvenirs qui ne s’effaceront jamais mais cela m’a rendu plus forte et prête à tout affronter…
Mes filles je leur raconterai mon histoire pour qu’elles se méfient… comme je ne buvais pas d’alcool je me pensais en sécurité…

ON NE LACHE JAMAIS SON VERRE DES YEUX !!! ET ON N’ACCEPTE JAMAIS UN VERRE QUE L’ON NOUS TEND !!! Et surtout si cela devait arriver alors PARLEZ EN car vous n’ETES PAS COUPABLE, nous sommes DES VICTIMES"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire